En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.

En savoir plus
Hybridation

Retour sur le Citylab Alliance 2018

10 décembre 2018

110 étudiants managers, ingénieurs et architectes issus d’Audencia, Ecole Centrale Nantes et ensa Nantes ont partagé du 20 au 23 novembre un projet pédagogique, celui du Citylab Alliance. Huit structures étaient partenaires de cette 3ème édition, portant, cette année sur le bien-être et la santé dans la ville.

Citylab Alliance repose sur un format hackathon où connaissances et compétences de chacun servent un but commun. On n’efface pas les spécificités, on ajoute les atouts. Comme tout dispositif inspiré des méthodes du design thinking, Citylab Alliance comprend les phases suivantes :

  • La contextualisation : cadrer le problème à résoudre, analyser la situation à dépasser
  • L’idéation : s’éloigner temporairement du sujet par la créativité, produire une grande quantité d’idées
  • L’atterrissage: faire converger les idées, homogénéiser la proposition de valeur
  • Le prétotypage : structurer les fonctionnalités prioritaires

L’expérience des deux années précédentes a permis de faire évoluer le protocole d’animation et par conséquent les objectifs d’apprentissage. Initialement étalé dans le temps pour que les étudiants aient le temps d’approfondir, voir tester leur concept ; le dispositif est dorénavant déployé sur trois jours consécutifs. Le travail de groupe, entre les séances, n’est possible que lorsque les étudiants partagent un agenda et un campus communs, ce qui n’est pas le cas ici. La concentration sur 3 jours de suite favorise l’immersion et renforce la créativité issue par la contrainte temporelle.

De ce fait, il était important d’intégrer dans l’animation des ateliers favorisant l’essor de ses propres capacités et de produire une cartographie des compétences du groupe au service du concept à développer. Cela a été réalisé grâce à des conversations par binôme dans les groupes et des portraits de soi dressés par les pairs. A l’issue du hackhaton, plus de 60% des étudiants considèrent que les compétences / spécificités de chacun ont été mobilisées, alors que l’an dernier les proportions étaient inversées. Ces formats, où l’étudiant est acteur, en frottement avec des profils différents du sien, visent l’apprentissage par les pairs. C’est un avant-goût de ce que peut être un programme interdisciplinaire.

L’autre grande évolution est d’avoir opté pour une restitution sous la forme d’un forum ouvert. Plutôt que de ne laisser que 3 à 4 minutes par groupe pour pitcher, les étudiants ont aménagé des stands. Le jury a ensuite pu déambuler pendant deux heures au sein des stands pour écouter, discuter et comprendre les concepts défendus par les étudiants. Plusieurs leviers sont mobilisables sur un stand pour convaincre. Le groupe qui a travaillé sur la thématique du parcours des aidants (sujet Humanis) a ainsi réalisé une mise en situation pour exposer sa solution, l’a enrichie par un prototype physique – le kit de l’aidant – et a produit deux posters illustrés de format A0 qui promeuvent le concept.

Deux prix ont été décernés, celui du Jury - Les Jardins Suspendus (sujet Suez) et celui du Public  - A 3 PA (sujet LNA Santé).

Les Jardins Suspendus : partant du constat que 80% de la population est urbaine dans un contexte de réchauffement climatique, Suez a demandé aux étudiants de trouver une solution pour rafraichir les villes. Les étudiants ont alors imaginé des parcelles de jardins modulables accrochés à une colonne centrale. Ces parcelles apportent de l’ombre quand elles sont suspendues et un lieu de vie quand elles sont au sol.

A 3PA : partant du constat qu’une personne sur 4 de plus de 75 ans vit seule, LNA Santé a demandé aux étudiants comment les établissements de santé pouvaient changer leur rôle sur un territoire donné. Les étudiants ont alors imaginé une rue commerçante, ouverte au public, au cœur d’un Ephad.

Au-delà de l’hybridation les compétences des étudiants, Citylab Alliance prône aussi la mixité des acteurs dans un projet, dans l’optique de renforcer l’intelligence collective. C’est pourquoi, cette année, le Citylab Alliance a débuté par une soirée réunissant étudiants, partenaires et curieux à s’interroger sur la notion de ville aimable, en présence de Denis Martouzet, urbaniste ; puis de recueillir des voix d’experts du territoire nantais sur la notion de bien-être et santé dans la ville. Le dispositif de l’Alliance est labellisé Nantes City Lab.

Partenaires 2018 : Artelia, Gérontopôle, Humanis, Institut de Cancérologie de l'Ouest, Le Noble Age, Nantes Métropole Habitat, REALITES, Suez

Site du Citylab Alliance


Vous aimerez aussi

Catégories
Excellence Formations